Archive pour la catégorie ‘Général’

Quand la poésie est « sel de la vie »

Mercredi 7 décembre 2016

La poésie de Monia Boulila nous interpelle, et avec force, avec la charge de son contenu, la force de ses images poétiques, sa musicalité profonde et le choix de son lexique. Une poésie qui nous invite avec grâce et grand charme, pas seulement à la lire mais aussi à l’écouter, à l’entendre, à la voir et la toucher, et surtout à faire halte avec elle pour saisir chaque nuance, chaque silence, et chaque mot, qui est un événement en soi. Les mots chez Monia sont espace, temps, histoire et mouvement à l’infini.

Douze poèmes qu’elle nous sert. Déjà le nombre 12 ne nous laisse pas indifférents  et d’emblée nous sommes livrés à nos destinées croisées. Il trace un chemin codé  et  revêt une symbolique très forte ; il est gorgé de nuances qui voyagent dans le culturel et le cultuel, il nous renvoie vers des mythes et des légendes. 12 est un chiffre annonciateur, et révélateur de quelque chose de mystérieux. Il nous situe et nous localise dans le temps et avec le temps : douze heures, douze mois, douze étoiles… Mais aussi nous renvoie vers le mythique et le religieux où la symbolique est très présente (ils sont douze les apôtres dans l’Evangile son, Les fils de Jacob dans l’Ancien Testament sont douze, et ils sont douze imams qui succèdent au Prophète Mohammad dans le culte Chiite).

Avec ses douze poèmes,  Monia nous fait plonger directement en cet art qu’est LA POESIE. Une poésie qui fait l’éloge de la poésie.

Mon poème mon Ile de l’oubli sur ta rive calligraphiée

le silence est psaume printanier

Un faire artisan d’une parole, d’un ensemble mélodique, d’une palette de couleurs et d’un diaporama d’images : l’art de représenter le silence, celui des lieux visités, celui de la méditation.

Une poésie qui fouine dans  l’existentiel et le questionnement éternel sur  le sens de la vie. Une poésie qui crie le cri du  silence.

Sur l’océan doré

le silence bat le rythme de la lune

Les vagues renaissent cristallines

Miroirs aux souffles infinis

chaque instant, une vie.

chaque repli, un trésor

chaque pas, un voyage

chaque étoile le mirage.

Mais les silences de Monia portent, et donnent naissance au désir tantôt charnel et douloureux qui enfante souffrances et cauchemars, tantôt désir créateur de joie profonde. Le poème exprime alors ce désir et dit sans la nommer la passion avec ses propres mots. S’y mêlent  raison et déraison, éveils et rêves lumière et obscurité : la trame du tissé poétique est une terre de nostalgie.

Et la nuit devient lumière.

Non loin sur les rives marines

S’emportent les tambourins

Sur des draps de jasmin parfumés

La danse Zorba gémit.

Sentir ces poèmes et les approprier, suscite en nous une émotion exceptionnelle qui nous pousse par la force des choses à saisir et à capter cette lumière invisible qui nous donne la force et nous encourage à supporter ce qui est désolant et décevant dans ce monde.

La poétique chez Monia est éthérée, une  ombre d’été qui abrite la fraîcheur. Une ombre sur une rive où l’on attend… la naissance de la vie.

et moi, encore perdue parmi les flots,

Je tends la main vers un rivage.

En toi je suis née

J’émerge du labour blessé

J’enjambe l’ombre

Et accueille la lumière !

Douze poèmes : douze cris silencieux de l’âme quémandant l’oubli, non pour renoncer à la souffrance mais pour retrouver le fougueux élan d’un nouveau départ vers le bonheur. Douze poèmes vous plongent dans le néant, pour y découvrir, le long de votre traversée des mots, le sens intime du bonheur.

Solitude,

Délivre-moi du souvenir

des années passées
Secoue mes silences

Fais de moi un nouveau-né

ou une feuille que les vents emportent

vers les non-lieux

Des  poèmes océan ténébreux à l’horizon éclairé, des poèmes cascades, des poèmes déluge se déversant dans les fleuves irrigant les champs de mots de sens et de musicalité où nous sommes invités à  labourer à notre tour pour  y planter des roses qui ne se fanent jamais.

Je continue à croire

Que chaque nuage est une pluie

Que toute terre qui reçoit

Fait fleurir les bourgeons

Zineb Laouedj

Oser la vie

Jeudi 22 septembre 2016

Entre deux vies

je perds une folie,

je gagne un oubli,

et  dans la lourde insomnie

j’invente un rêve inédit.

Entre deux trépas

je perds un pas

je gagne un cri

et dans le vide en fracas

je danse  Zorba.

Entre deux vies

Une folie

Puis un oubli

et une lourde insomnie;

Et j’ose

j’ose le rêve

en ce jour, l’interdit.

Entre deux trépas

je cherche un refuge

comme une vilaine autruche.

Entre flux et reflux.

continue le voyage

vers un certain rivage

cherchant mon destin

Lançant défi sur défi

que la vie contredit.

Entre deux trépas

je manque un pas

Lançant défi sur défi

Je ne fais que multiplier mon trépas !

Entre deux vies

Je manque une joie.

Que  la roue continue à tourner

J’ai ma part  d’ombre  et d’écho

pour emporter le désir et la symphonie

dans un voyage infini

et sauver au moins une vie!

Monia Boulila

Sfax, le 08/06/2013

Presse

Jeudi 30 juin 2016

http://cenacleeuropeen.eklablog.fr/prix-charles-carrere-a124606028

http://www.tounsi-lifestyle.com/component/k2/22-edition/4466-entretien-avec-la-po%C3%A8te-monia-boulila-%C2%AB-mettre-la-conscience-po%C3%A9tique-en-un-constant-%C3%A9veil-%C2%BB#.V3PQ9y9GkHI.facebook

http://ar.lemaghreb.tn/%D8%AB%D9%82%D8%A7%D9%81%D8%A9-%D9%88-%D9%81%D9%86%D9%88%D9%86/item/6133-%D8%A7%D8%A8%D9%86%D8%A9-%D8%B5%D9%81%D8%A7%D9%82%D8%B3-%D9%85%D9%86%D9%8A%D8%A9-%D8%A8%D9%88%D9%84%D9%8A%D9%84%D8%A9-%D8%AA%D8%AA%D8%AD%D8%B5%D9%84-%D8%B9%D9%84%D9%89-%D8%AC%D8%A7%D8%A6%D8%B2%D8%A9-%D8%B4%D8%A7%D8%B1%D9%84-%D9%83%D8%B1%D9%91%D8%A7%D8%B1-%D9%84%D8%B3%D9%86%D8%A9-2016-%D9%84%D8%A7-%D9%8A%D9%85%D9%83%D9%86-%D8%A7%D9%84%D9%81%D8%B5%D9%84-%D8%A8%D9%8A%D9%86-%D8%A7%D9%84%D8%B4%D8%A7%D8%B9%D8%B1-%D9%88%D8%A7%D9%86%D8%AA%D9%85%D8%A7%D8%A6%D9%87-%D9%84%D8%B9%D8%A7%D8%A6%D9%84%D8%A9-%D9%88%D9%88%D8%B7%D9%86

Monia Boulila

Jeudi 2 juin 2016

Monia Boulila poète tunisienne, bilingue (Français, Arabe) et traductrice. Elle est ambassadrice universelle de la paix auprès du cercle universel de la paix à Genève depuis juin 2008, membre de l’union des écrivains Tunisiens, membre des écrivains de la paix et membre « des poètes du monde ».

Par ailleurs, elle est membre fondatrice de l’association culturelle Majida Boulila pour la modernité et membre du comité du festival de jasmin Sfax – Tunisie.

Plusieurs de ses poèmes ont été traduits en Roumain et publiés dans divers revues littéraires roumaine, d’autres sont traduits en anglais et en espagnol et diffuser dans le monde par le cercle universel des ambassadeurs de la paix à Genève.

Prix :

-         Prix Européen Francophone CHALES CARRERE 2016

-         Prix de créativité  littéraire Naji Naaman au Liban 2010

-         Prix spécial du Jury de l’association « L’Ours Blanc » Paris en 2008.

Publications :

Recueils de poésie :

-         « Transhumance Sacrée »  avec des illustrations d’Essia Arous aux éditions l’Or du temps Tunis  mars 2016.

-         « Epopée féminine »   livre d’art numérique : Estampes de Jean-Jacques Oppringils artiste Belge  et textes de Monia Boulila  mis en ligne en 2012  http://www.oppringils.info/pages/three-dimension

-           »Emplie de toi » recueil de poésie en langue arabe avec des illustrations d’Alia Elgaied aux éditions Lazhari Labter – Alger  2011

-         « Ailes et frissons au fond du miroir  » aux éditions l’Or du temps Tunis  2010.

-         « Souffles Inédits » octobre 2008 Tunisie.

-         «  Avec toutes mes amours »  livret de poésie avec des illustrations d’Alia Elgaied  édité par  l’association culturelle « Omar Khayyâm » en France mai 2008.

-         «  Mon Joyau »  recueil de poèmes avec des illustrations d’Alia Elgaied, Sfax  - mars 2007.

Recueils de poésie traduits :

-         «  Nostalgies suffocantes »  recueil du poète Jordanien Isam Alsadi aux éditions EDILIVRE – Paris 2015

-         « Parfumée je vais à lui »  recueil de poésie de la poète palestinienne Sonia Khader en deux parties (arabe/Français)  aux éditions Lazhari Labter Alger  janvier 2014

-         « Vendeur de l’éveil » recueil en deux parties (arabe et français) textes du poète Libyen Cherif Hassen Boughzil et leur traduction par Monia Boulila. Recueil aux éditions El Bourak – Monastir – Tunisie juin 2010.

Œuvres collectives :

-         Quelques poèmes de Monia Boulila ont été mis en musique par Bernard de Vienne pour  le spectacle « l’étangèreté » du groupe « le concert impromptu » ;  ce spectacle produit en collaboration avec l’institut Français en Tunisie et a été présenté à Tunis, Sousse et Sfax au mois d’octobre 2015

-         Anthologie des poèmes d’amour des Afriques et d’Ailleurs aux éditions Orphie  France – Février 2013

-         Anthologie : Femmes poètes du monde arabe aux éditons le temps des cerises mai 2012

-         Anthologie des Poètes Tunisiens  éditée en Roumanie par Ion Cristopher Filipas, janvier 2010

-         Anthologie de festival de Curtea de Arges édité par l’association Orient-Occident – Roumanie 2009

-         Terre de Poètes, Terre de Paix  anthologie à l’occasion du premier festival international de la poésie sur le thème de la paix, septembre 2007

-         EMINESCU   livret  de chansons pour l’opéra de Pascal DECANTER sur la vie du poète EMINESCU, Janvier 2006

Bienvenue sur le site de Monia Boulila

Mercredi 24 septembre 2008

Ambassadrice universelle de la paix

Femme sensible, généreuse et fière, Monia Boulila incarne la grandeur et la beauté de la femme tunisienne.Monia2

Elle chante l’amour de la vie, de son pays et de l’humanité. Mais sans complaisance elle dénonce  ce qui nuit à l’une et aux autres.

Combattante de la Liberté, de l’égalité homme femme, de l’amour, elle met la musique des mots et la chaleur des sentiments au service de la plus belle des causes.

Ce blog a été réalisé pour donner toute l’actualité de la poésie de Monia. Elle y interviendra régulièrement.

Une sélection de poèmes est consultable sur le site : http://monia.boulila.free.fr

Pierre-Marie Perret
Association culturelle Omar Khayyâm